Actes n° 15 Accompagner la vie pour accompagner les vocations (Ed. François-Xavier Amherdt)

Dieu nous appelle à la vie, c’est notre vocation première. Accompagner la vie en chacun(e) permet de promouvoir la vocation de tout être humain, notamment les vocations à la vie religieuse, au presbytérat ou au diaconat, et les vocations à un ministère et à un service ecclésial.
À la suite de « l’année de la vie consacrée », décrétée par le pape François pour l’ensemble de l’Église catholique en 2015, du synode des évêques d’octobre 2018 sur « Les jeunes, la foi et le discernement vocationnel » et de l’exhortation apostolique post-synodale Christus vivit du pape François (mars 2019), le présent Cahier rassemble les Actes de la 8e Journée d’études bilingues organisée conjointement par le Centre catholique romand de formations en Église (le CCRFE) et la Faculté de théologie de l’Université de Fribourg, par son Centre d’études pastorales comparées et son Département de théologie pratique, laquelle a précisément donné l’occasion de réfléchir sur la manière de « promouvoir et d’accompagner la vie comme vocation, afin de promouvoir et d’accompagner toutes les vocations ». Adressée aux agents pastoraux et responsables de formations des diocèses de Suisse, à la communauté facultaire et universitaire et à toute personne intéressée, la Journée d’études s’est appuyée sur la problématique telle que définie et travaillée avec le Centre romand des vocations (CRV) de Lausanne.
Dans la première contribution, Sr Véronique Margron, op. professeure de théologie morale (Angers) et présidente de la Conférence des religieuses et religieux de France, propose un parcours théologique intitulé « Appeler à dire oui à la vie, un parcours théologique. Pour une anthropologie théologique ». C’est au sein de la condition fragile de l’existence qu’une triple cohérence peut s’élaborer : la cohérence narrative de la vie racontée et configurée ; la cohérence pragmatique et éthique du sujet capable de devenir auteur de son existence ; la cohérence poétique conférée par la capacité d’innover de chacun(e). C’est ainsi que, comme accompagnateurs spirituels et vocationnels, nous sommes invités à devenir des passeurs, afin que les accompagnés aient à la fois « des racines et des ailes » : des racines plongées dans le mystère pascal, vécu dans la persévérance du quotidien, le « martyre blanc » de la répétition banale du jour après jour ; et des « ailes » données par un Dieu au visage « désarmé », qui nous engendre à la vie en plénitude, accueillie dans le don de nous-mêmes et l’hospitalité inconditionnelle.
Dans le second texte, le provincial suisse des jésuites, le Dr Christian Rutishauser (Zurich et Centre Lassalle, Zoug) dessine une ample traversée de la spiritualité ignatienne, au service de l’homme d’aujourd’hui appelé à la liberté et au bonheur.
Pour celui qui cherche sa vocation et désire s’abandonner à la volonté de Dieu sur lui, il s’agit de « discerner les esprits », c’est-à-dire de distinguer, dans la prière, entre les dépendances qui conduisent à la désolation, et l’obéissance qui mène à la consolation. Cette obéissance à la volonté du Seigneur doit servir le bien propre de la personne et impliquer une « sainte indifférence » en présence des voies possibles. De manière réaliste et parfois un brin « provocatrice », le père jésuite dégage les tentations qui peuvent se tapir sous l’apparence d’un bien, qui n’est pas nécessairement « un bien pour moi ».
Le Cahier se termine par l’interview donnée suite à la journée d’études par Véronique Margron à l’agence de presse catholique helvétique Cath-info, sous le titre « La vocation, c’est croire à un bonheur possible à travers le chaos » (26 mars 2015).

Prof. François-Xavier Amherdt, Université de Fribourg

Accompagner la vie les vocations

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *